Sélectionner une page

Cyber criminalité : « Fintech-ocide » en Indonésie

L’autorité Indonésienne des Services Financiers (OJK) a fermé 1230 fintechs qui opéraient sans licence au cours de l’année.

Ces sociétés illégales accordaient des prêts assortis de frais et intérêts exorbitants et avaient recours à des pratiques de recouvrement criminelles et contraires à l’éthique : menaces, persécutions, utilisation des données personnelles, etc.

Le gendarme financier OJK a demandé à la police et aux habitants de les aider à traquer ces startups qui opèrent via sites Web, applications mobiles et réseaux sociaux, donc difficiles à identifier.

L’Indonésie compte 260 millions d’habitants, dont 90% n’ont pas de carte de crédit et la majorité ne sont pas bancarisés. Ce contexte est propice au développement d’une offre dématérialisée et instantanée des fintechs.

On comprend bien le rôle du régulateur dans un contexte de disruption.

Share This